16 sept. 2012

New Phantom Blog






















Samedi 15 septembre 2012. J'avais oublié que c'était la TECHNO PARADE aujourd'hui ! J'avais décidé de jouer à mon emplacement favori, sur le quai de la Seine entre le Pont d'Austerlitz et le viaduc d'Austerlitz. Je suis arrivé juste au moment ou le défilé de la Techno Parade passait sur le pont d'Austerlitz, à peu près à 100 mètres de l'endroit ou je me tenais. On entendait bien la musique des chars techno sans pour autant être écrasé par les décibels. Je n'avais ni appareil photo, ni magnétophone ou caméra pour documenter mais je m'en fiche. Je me suis dit que l'occasion était idéale pour jouer en live une musique proche du disque "NEW PHANTOM BAND" que j'avais enregistré il y a 7 ans pour le label confidentiel Son@rt. J'ai improvisé au saxo alto de manière très free avec la technique des doubles sons et des harmoniques aigus, mais pas agressifs, ou j'ai utilisé des motifs très répétitif à la manière de "On C" de Terry Riley. Bien sûr, le drone implicite changeait de tonalité suivant les morceaux joués sur le Pont d'Austerlitz. 


Des jeunes filles très excitées sont venus danser devant mon nez, pleins de gens m'ont filé de la monnaie alors que je ne demandais rien, c'est marrant comme suivant le contexte social l'aspect free du saxophone peut passer super bien dans l'oreille des auditeurs. Quand le défilé de la techno parade fût terminé, la rumeur de la ville est retombée à un niveau bien moins bruyant. Je m'aperçoit, à ce moment, à quel point le saxophone est un instrument puissant, réverbéré par les pavés du quai de la Seine. J'ai joué ce jour de la vraie musique électroacoustique. La rumeur de la ville devenait comme une bande magnétique passionnante mélangée au timbre du saxo alto. A la fin, je trouvais les bruits de la ville tellement intéressant que je me suis arrêté pendant 4'33'' pour écouter, avant de partir. 




New Phantom Band par Etienne Brunet, mixé par DJ Save O.S.
Son@rt 044 édité en 2005

Cet enregistrement tente d’exprimer plusieurs réalités simultanées et parallèles : Le monde réel de la Techno Parade entendu par un individu de passage. La réalité subjective de l’auditeur plongé au milieu du bordel et de la foule. La relativité de l’histoire de la musique et de l’esthétique contemporaine. Cette composition est dédiée à Terry Riley, auteur du mythique Poppy Nogood & the Phantom Band

Les chars de la Techno Parade passent devant un auditeur médusé. Cet auditeur immobilise mentalement la musique de danse dans un continuum sonore. Ce drone gèle et vitrifie le mouvement commercial des chars dans une gravité mystique. Une des sources de ce continuum est un sample de la symphonie Mono-ton d’Yves Klein jouée pendant la performance Anthropométrie en bleu. Blues des femmes nues transformées en pinceau vivant. Ce drone est joué par un sample de saxo créé en temps réel sur une vieille pédale pour guitare "linesix" passé à travers des "Moogerfooger" modules électroniques crées par Robert Moog (modulateur en anneau, phaseur et filtre). La source principale de l’enregistrement est un sample de 27’36’’de la Techno Parade 04 enregistrée aux alentours du Pont de Sully et du Boulevard Henri IV (au même endroit que la photo de la pochette). L’ensemble est réalisé en une seule prise dans mon home studio. La mélodie, jouée à l’alto sans modification de timbre, relève quelque peu des obsessions de l’Alapa et du Jod (première partie des Ragas d’Inde du Nord). Le mixage est réalisé par DJ Save O.S. un jeune gars originaire de Roumanie, de passage à Paris en mars 2005.